Attention, vous mangez votre rouge à lèvres !

Saviez-vous que tous les produits que vous appliquez sur vos lèvres finissent dans votre estomac ? Et accessoirement, ils se promènent souvent un peu plus pour aller faire un tour dans le sang et dans vos organes. C’est pourquoi, je vous propose aujourd’hui quelques astuces pour faire plus attention à ce que vous appliquez sur vos lèvres et pour limiter les risques pour votre santé !

J’ai récemment découvert ces chiffres alarmants : d’après une étude américaine, une femme qui applique un produit sur les lèvres ingère entre 20mg et 50mg de ce produit. Ça ne parait pas grand chose vous me direz… mais si vous appliquez du rouge à lèvres ou du baume à lèvres tous les jours, et à plusieurs reprises dans la journée, pendant plusieurs années (ce qui est mon cas, je mets du baume à lèvres en moyenne 5 à 10 fois par jour, été comme hiver), vous aurez ingéré dans toute votre vie près de 5 kg de produits cosmétiques.

5 kg de rouge à lèvres, de baume à lèvres, de gloss, qui finissent dans votre corps !!!!!!

 

Une étude cosmétique qui fait peur

Quand on regarde les chiffres des études sur internet, on voit de tout : 5kg de rouge à lèvres ingérés sur toute une vie, 2 kg parfois, voire même seulement quelques dizaines de grammes. Mais il ne faut pas oublier que le rouge à lèvres n’est pas le seul produit que l’on applique sur ses lèvres. Pensez au fameux Labello que tout le monde ressort durant l’hiver; lui aussi il fini dans l’estomac !

L’étude “Campaign for safe cosmetics”, menée par une association américaine de défense des consommateurs, a démontré que quelque soit le produit appliqué sur ses lèvres, que ce soit un produit de maquillage ou de soin, il fini en grande partie dans notre corps.

Cette étude a d’ailleurs mis en avant le fait que l’on retrouve du plomb dans 61% des 33 marques les plus vendues aux USA, et a démontré que les rouges à lèvres les plus chers étaient souvent ceux qui en contenaient le plus.

L’étude américaine pointait en particulier le rouge à lèvres “Color Sensational” de Maybelline, le plus contaminé du test dans sa teinte Pink Petal (les taux varient en fonction des teintes), qui contenait 275 fois plus de plomb que la marque la moins contaminée du test. Deuxième lipstick le plus contaminé, L’Oréal Colour Riche, suivi de Nars Semi-Matte.

Notons quand même que dans le top 10 des rouges à lèvres les plus toxiques, 5 sont fabriqués par le groupe L’Oréal.

Rouge à lèvres toxique

Photo de Jakub Gorajek sur Unsplash

De quoi sont composés les produits pour les lèvres ?

Que ce soit les rouges à lèvres ou les baumes hydratants, on retrouve toujours une base commune. Toutefois, cette base variera en fonction de la qualité et de la sûreté des ingrédients choisis.

Des produits cosmétiques à base de cire

Un stick à lèvre doit à la fois rester solide dans son packaging, mais fondre au contact des lèvres. La texture à la fois ferme et fondante de ces produits est obtenue grâce aux cires. Elles peuvent être d’origine animale, végétale ou synthétique.

Dans le cas d’une composition naturelle, on peut retrouver de la cire d’origine animale, notamment avec la cire d’abeille d’abeille, ou encore de la cire végétale, à base notamment de Candelila, de coco ou encore de jojoba.

Mais dans le cas d’un produit conventionnel, on retrouvera principalement des cires issues de la pétrochimie et à base d’hydrocarbures. Traquez des mentions telles que synthetic wax (cire synthétique), microcrystalline wax (cire microcristalline), de même que polymer, polyethylene ainsi que paraffin et ozokerite, qui sont les cires synthétiques les plus courantes.

Ces produits peuvent s’apparenter à du plastique liquide et le problème, en plus d’être polluant, est qu’une fois ingérés, ils sont cancérigènes et perturbateurs endocriniens. Cela signifie qu’ils ont des effets néfastes sur le système hormonal et sur la fertilité.

Des produits cosmétiques à base de corps gras

Afin d’apporter le côté onctueux et hydratant des produits pour les lèvres, mais aussi pour aider à mélanger les pigments de couleur, les fabricants de cosmétiques doivent ajouter des corps gras. Cela peut être des huiles ou des graisses, d’origine naturelle… ou chimique.

Dans les cosmétiques naturels, on retrouve souvent l’huile de ricin qui a une texture assez épaisse et visqueuse, ou encore l’huile de jojoba. Mais pour les produits non naturels, il est commun d’y ajouter des huiles synthétiques telles que l’huile de paraffine, une substance provenant de la pétrochimie présentant un risque pour la santé, des alcools gras ou d’autres ingrédients modifiés chimiquement.

Pour la petite histoire, la graisse de baleine a longtemps été utilisée dans les rouges à lèvres et dans d’autres cosmétiques. fort heureusement aujourd’hui, elle est interdite. En revanche, certains rouges à lèvres contiennent encore du squalène, qui est de l’huile de foie de requin.

Des produits cosmétiques à base de conservateurs

Comme pour la grande majorité des produits cosmétiques, les produits pour les lèvres contiennent eux aussi des conservateurs. Là encore, il y a 2 possibilités : des conservateurs naturels tels que la vitamine C et E provenant d’huiles végétales, ou des conservateurs chimiques dont les fameux parabens, soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens.

Des produits cosmétiques à base de colorants

Un rouge à lèvre sans couleur, ce n’est pas concevable !

Il existe dans la nature des centaines de sources de pigments de couleur (notamment parmi les végétaux), mais leurs coûts peuvent parfois être très élevés.

Alors pour faire plus simple, de nombreux laboratoires préfèrent se tourner vers des colorants meilleur marché, souvent synthétiques, comme l’oxyde de fer (nanoparticules) et du phosphate de manganèse.

Des produits cosmétiques à base de métaux lourds, juste pour le fun !

Parmi les marques de rouges à lèvres les plus populaires, on peut aussi retrouver des métaux lourds comme le plomb, le chrome, l’aluminium, le cadmium ou le manganèse. Des ingrédients que notre corps accueillera avec plaisir, ou pas !

Baume à lèvres rose

Photo de Matthew Henry sur stocksnap.io

Soyons concrets avec quelques exemples

Je vous parle beaucoup de théorie depuis tout à l’heure, mais analysons maintenant ensemble quelques produits pour les lèvres parmis les marques les plus populaires… Histoire de voir si c’est vraiment si terrible que ça !

Baumes à lèvres

Parmi les baumes à lèvres analysés, voici les ingrédients toxiques recensés :

  • Labello – Hydro care SPF15
    • Ethylhexyl Methoxycinnamate : perturbateur endocrinien, filtre UV chimique
    • Butyl Methoxydibenzoylmethane : filtre UV chimique
    • Octocrylene : perturbateur endocrinien, filtre UV chimique
    • BHT : conservateur mais aussi perturbateur endocrinien
  • La Roche Posay – stick lèvres Anthelios
    • Polyéthylène (1er ingrédient) : plastique
    • Polybutène (2ème ingrédient) : huile minérale
    • BHT : Perturbateur endocrinien
  • Avène – cold cream stick lèvres
    • Petrolatum : huile minérale
    • Ozokérite : huile minérale
    • Paraffinum liquidum : huile minérale
    • BHT : Perturbateur endocrinien
    • Propylparaben : perturbateur endocrinien
  • Mixa Bébé – Soin des lèvres intensif antidésèchement
    • Cera microcristallina (1er ingrédient) : huile minérale
    • Polybutene (2ème ingrédient) : huile minérale
    • PEG : plastique
    • Ozokérite : huile minérale
    • Ethylhexyl Methoxycinnamate : perturbateur endocrinien, filtre UV chimique

Maquillage pour les lèvres

  • Gemey Maybelline – Rouge à lèvres superstay 14h
    • Trimethylsiloxyphenyl Dimethicone (1er ingrédient) : silicone
    • Polypropylsilsesquioxane : silicone
    • Polyéthylène : plastique
    • Ozokérite : huile minérale
    • Hydrogenated styrene/methyl styrene/indene copolymer : plastique
    • Alkyl Dimethyl Silyl polypropylsilsesquioxane : silicone
    • Polyéthylène téréphtalate : plastique et perturbateur endocrinien
    • Paraffin : huile minérale
    • Acrylates copolymer : plastique
    • Dimethicone : silicone
  • L’Oréal – Crayon contour des lèvres Infaillible
    • Methyl Trimethicone : silicone
    • Polyéthylène : plastique
    • Nylon-12 : plastique
    • Paraffin : huile minérale
    • Acrylates/dimethicone copolymer : silicone, plastique
    • Cera Microcristallina : huile minérale
    • Disteardimonium hectorite : Ammonium quaternaire
    • BHT : Perturbateur endocrinien
  • Chanel – Rouge coco
    • C20-24 Alkyl Dimethicone : silicone
    • Synthetic wax : huile minérale
    • Polybutene : huile minérale
    • VP/hexadecene copolymer : plastique
    • Ethylene/propylene copolymer : plastique
    • Polymethylsilsesquioxane : silicone
    • Disteardimonium hectorite : ammonium quaternaire
    • PEG-30 Dipolyhydroxystearate : plastique
    • PEG-8 : plastique
  • Revlon – Matte lipstick Really Red
    • Ozokerite : huile minérale
    • Paraffin : huile minérale
    • Cera microcristallina : huile minérale
    • Synthetic wax : huile minérale
    • Polyéthylène : plastique
    • Ethylene/propylene copolymer : plastique
    • BHT : perturbateur endocrinien
  • Bourjois – The lipstick Rouge Velvet
    • Polyéthylène : plastique
    • Bis-Carboxydecyl dimethicone : silicone
    • Phenyl trimethicone : silicone
    • Ozokérite : huile minérale
    • HDI/trimethylol hexyllactone crosspolymer : plastique
    • Quaternium-90 sepiolite : ammonium quaternaire
    • Phenoxyethanol : Conservateur et perturbateur endocrinien
    • Quaternium-90 montmorillonite : ammonium quaternaire
    • BHT : perturbateur endocrinien

Je pourrais encore continuer longtemps mais je vais arrêter là, vous avez compris l’idée… peu importe la marque du produit, on retrouve à chaque fois de nombreux ingrédients toxiques !

Donc maintenant que cela est acté, que pouvons-nous faire ?

Bisou rosé

Photo de Daria Lisovtsova sur Burst

Mes astuces pour ne plus manger de plastique

Et bien déjà, commençons par bien choisir ses produits cosmétiques !

N’hésitez pas à vous renseigner sur les labels bio (je vous ai créé un guide entier sur le sujet) pour vous orienter vers des marques reconnues et sans danger pour notre santé. Vous pouvez aussi analyser les compositions, soit en prenant l’habitude de reconnaître les ingrédients toxiques, ou plus simplement en utilisant une application mobile (là encore, vous pouvez jeter un oeil à mon article sur l’application INCI Beauty qui est top).

Le marché des produits pour les lèvres dans le bio est en constante augmentation et il existe aujourd’hui des centaines de produits, que ce soit dans les baumes à lèvres que les rouges à lèvres qui sont bien composés et certifiés bio !

Je vous conseille également de favoriser autant que possible les produits bruts (non transformés). Le soir, avant de vous coucher, au lieu d’utiliser un stick classique, appliquez directement de l’huile de ricin ou un soin pour les lèvres DIY (Do It Yourself / À Faire Soi-Même) avec un petit applicateur pour les lèvres (en plus c’est plus écolo).

En ce qui concerne les rouges à lèvres et les gloss, on enlève le surplus qui est à la lisière des lèvres, presque à l’intérieur de la bouche avec son doigt. Cela permet d’éviter d’ingérer inutilement l’excès de produit et par la même occasion d’en avoir sur les dents (malin).

Enfin, préférez les produits mat, qui sèchent rapidement sur les lèvres et limiteront l’ingestion de ce dernier.

J’espère que c’est petites astuces vous aideront à faire plus attention et à limiter les risques pour votre santé ! Si vous aussi vous avez des idées malignes à partager pour se protéger de tout ça, laissez-les en commentaires !

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de