Mon opinion sur les marques bio vendues par les grands groupes

Aujourd’hui, même les plus grands groupes cosmétiques comme L’Oréal se mettent au bio. Que se cache-t-il derrière cette décision ? Que faut-il en penser ? Devons-nous les boycotter ? On en parle aujourd’hui !

Je vous retrouve dans un format un peu différent car j’aimerais vous partager ma réflexion du moment, et pourquoi pas ouvrir la discussion dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux.

Il s’agit d’un sujet dont j’entends de plus en plus parler et qui ne me laisse pas indifférente : les grand groupes industriels se mettent au bio, soit en rachetant des marques bio, soit en lançant des gammes de produits labellisées. Voir L’Oréal lancer sa marque bio, ça fait non-seulement sourire, et on a même du mal à y croire, puis on se dit que ce n’est pas vraiment bio, que c’est beaucoup de marketing ou alors que c’est juste pour se faire plus d’argent.

Beaucoup de personnes, notamment des influenceuses sur Instagram, YouTube ou Twitter, incitent au boycot de ces marques car pour elles, ce n’est pas du “vrai bio”.

Afin d’éviter la désinformation, je vous partage aujourd’hui ma réflexion sur le sujet ! J’espère qu’elle vous motivera à échanger ensemble et à continuer la réflexion.

 

Grands groupes industriel et Bio, une pratique en vogue !

Et oui, le bio chez les mastodontes des cosmétiques conventionnels, ça fait jaser, et pourtant, c’est une tendance qui se confirme. En faisant mes petites recherches, je me suis rendue compte qu’il y avait pas mal de marques de cosmétiques bio qui étaient finalement détenues par de grand groupes, mais je dois avouer que ces informations ne sont pas toujours facile à trouver ! En tous cas, pour vous donner un petit ordre d’idée, voici quelques exemples de marques bio détenues par des grands groupes :

  • L’Oréal
    • Sanoflore
    • La Provençale
    • Groupe Logocos
      • Logona
      • Santé
    • Mixa bio
    • Ushuaïa bio
  • Groupe L’Occitane
    • Melvita
  • Henkel
    • NAE
  • Unilever
    • Gamme bio de Monsavon

Et il y en a surement plein d’autres, mais que je n’ai pas réussi à identifier. Car oui, ce n’est pas forcément une information que les entreprises ont envie de communiquer… Appartenir à un grand groupe industriel, quand à la base on est une petite entreprise de cosmétique bio, on n’a pas envie de le crier sur tous les toits !

Mais du coup, une marque bio, aux belles valeurs et aux compositions irréprochables, perd-elle de sa qualité une fois qu’elle est rachetée ? Une marque bio lancée par un grand groupe est-elle forcément à dénigrer ?

Ingrédients pour un mojito

Photo de Dose Juice sur Unsplash

Bio et grands groupes, se faire son opinion raisonnée

Le rachat d’une marque bio par un grand groupe, ou même le lancement d’une nouvelle marque bio à part entière, a des côtés négatifs, mais aussi des côtés positifs ! Tout est une histoire d’équilibre et ce thème n’y échappe pas.

Pour quelles raisons est-ce malsain?

Il est évident que si on achète un produit de la marque Sanoflore, on donne de l’argent à un grand groupe, et on fait grossir le mastodonte qu’est L’Oréal, qui va venir écraser les petits producteurs locaux, les petites marques artisanales qui, quant à elles, proposent des produits éthiques et de qualité.

De plus, le risque de greenwashing devient encore plus important, et il est facile de communiquer sur une nouvelle gamme “naturelle” alors qu’il n’y a que quelques produits vraiment certifiés bio. Comme je ne le cesse de vous répéter, faites bien faire attention aux labels, apprenez à les reconnaître pour ne pas se vous faire avoir, et prenez soin de regarder si tous les produits d’une gamme sont bien certifiés.
Ensuite, même si la plupart des marques bio des grand groupes sont bien labellisées, elles ne proposent pas toujours des compositions “parfaitement idéales”. L’utilisation des huiles estérifiées est souvent abondante voir abusive, la présence d’ingrédients actifs se faire plus rare, et l’eau y est en quantité. Tout ceci afin de réduire les coûts. Malgré tout, cela reste des produits bio, non toxiques et non polluants (bien moins que la majorité des cosmétiques).

Alors pour quelles raisons serait-ce à notre bénéfice?

Même si ce ne sont pas toujours des marques que j’affectionne plus que ça ou vers lesquelles j’ai envie de me tourner, je suis contente qu’elles existent pour plusieurs raison :

  • Plus il y a de produits bio dans les rayons, moins de produits conventionnels seront distribués, donc moins de produits toxiques libérés dans la nature, et la planète nous remerciera !
  • Grâce à l’économie d’échelle, les grandes marques ont la possibilité de rendre le bio plus accessible au grand public en proposant des tarifs nettement plus compétitifs, grâce aux quantités produites plus importantes, permettant de réduire les coûts.
  • L’importance de leurs budgets Marketing apporte énormément de visibilité au Bio, le démocratisant tout en le normalisant.
  • Cela crédibilise le marché des cosmétiques bio, prouve sa croissance et son essor, et peut aider des plus petits créateurs à obtenir des investissements.

En définitive, il serait évidemment idéal que les produits traditionnels (non bio) disparaissent de la circulation, que la labellisation Cosmebio ou au moins Ecocert deviennent la norme, et soit obligatoire pour autoriser un produit à la vente, à la fois pour la santé publique et pour l’environnement. Donc si les grands groupes s’y mettent, c’est plutôt bon signe !

L’organisation Cosmebio a écrit un super article sur le sujet au moment où L’Oréal a annoncé sa marque bio “La Provençale”. Il rappelle la mission de départ de Cosmebio, à savoir “faire connaître les bienfaits des cosmétiques bio au plus grand nombre”.
Ils ont d’ailleurs une citation que j’aime beaucoup et que j’aimerais vous partager : “Pour que l’alternative d’aujourd’hui devienne le standard de demain.” Et je suis tellement d’accord avec ça !

Pour les citer une dernière fois, voilà leur état d’esprit sur le sujet :

“Chez Cosmébio, nous pensons qu’il est préférable d’encourager toute initiative qui vise à proposer davantage de produits à la composition propre. Car si les consommateurs se tournent au fur et à mesure vers cette nouvelle offre, cela diminuera petit à petit la raison d’être des gammes conventionnelles historiques.”

Paysage paisible

Photo de Pixabay sur Pexels

Chacun est libre de faire ses choix

Après vous avoir partagé mon idée des Pours et des Contres, et mon avis sur ces différents points, je tiens à rappeler que chacun est libre de se faire sa propre opinion, et de décider d’acheter une marque bio plus industrielle, ou alors plus artisanale. Faites les choix de consommation qui vous comblent d’avantage et s’accordent avec vos valeurs, votre éthique, votre budget et votre exigence en terme de composition. Nous n’avons pas tous les mêmes pré-requis, ou les mêmes envies.

Pour ma part, j’aime que mes soins visage (crème de jour, soin de nuit, masque…) soient vraiment bien composés, avec des ingrédients de qualité, bio et avec de réels actifs. Je serais donc plus exigeante sur cette gamme de produit. En revanche, pour ce qui est de l’hygiène corporelle, je suis un peu moins regardante sur la composition tant que celle-ci n’est pas nocive pour ma santé ou pour l’environnement. La présence d’huiles estérifiées par exemple, ne me dérange pas dans un gel douche car il est voué à être rincé, alors qu’un soin qui sera absorbé par la peau se doit d’être nettement plus qualitatif. Mais cela ne reste que mon avis !

Nous avons toutes et tous des exigences différentes, et nous n’aurons pas le même point de vue sur ce sujet, mais je souhaitais soulever ce point et peut-être lancer une réflexion de votre côté. N’hésitez pas à réagir en commentaires et à me donner votre avis, j’aimerais bien savoir ce que vous pensez des marques bios gérées par des grands groupes de cosmétiques industriels.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de