Mon avis sur les applications d’analyse de composition cosmétique

Même si je vous parle souvent d’applications d’analyse de composition cosmétique, j’ai un peu revu mon avis sur le sujet depuis que j’ai lu un (très bon) article de Cosmebio publié en mai dernier. Cet article est très intéressant et m’a donné envie de vous partager mon avis sur le sujet, et vous donner mes astuces pour utiliser ces applications du mieux possible, même si elles ne détiendront jamais toute la vérité !

Il existe de plus en plus d’application mobiles pour analyser les compositions cosmétiques sur le marché, j’en ai repéré une petite dizaine, mais elles ne se valent pas toutes et surtout, il faut savoir les utiliser et bien les comprendre.

Même si je trouve que cela reste un super outil pour aider à comprendre les compositions et les ingrédients, il est important de rappeler qu’elles ne sont pas fiables à 100%.

Faisons un point ensemble sur ces applications qui se popularisent ! 

 

Les risques d’erreurs sont bien présents

L’un des axes les plus important de l’article de Cosmébio est le risque d’erreurs, et vous allez voir, il y en a une sacré collection…

Les erreurs de retranscription

Pour beaucoup d’applications d’analyse de composition, c’est un robot qui retranscrit la composition à partir d’une photo. Toutefois, il y a un risque de mauvaise lecture si la photo n’est pas de bonne qualité, floue, s’il y a un reflet, ou si le packaging est arrondi par exemple. Cette erreur de lecture peut générer des erreurs dans la composition, et donc une analyse faussée.

Lorsque c’est un humain qui retranscrit à la main (comme par exemple pour INCI Beauty), le risque d’erreur est tout aussi important car ce sont en général des personnes qui n’y connaissent pas grand chose aux ingrédients et qui ne feront pas la différence entre différents types d’ingrédients, par exemple entre les versions pures des huiles et les versions modifiées chimiquement.

Prenons un exemple concret : l’huile de Ricin, qui existe sous différentes formes :

  • RICINUS COMMUNIS SEED OIL (huile pure, sans danger)
  • HYDROGENATED CASTOR OIL (huile hydrogénée pour la rendre plus solide comme de la cire, sans danger mais avec moins de propriétés)
  • PEG-40 HYDROGENATED CASTOR OIL (huile hydrogénée et éthoxylée, modifiée chimiquement avec un PEG qui est un micro plastique – ingrédient polluant et sans apport pour la peau ou les cheveux)

Ces 2 dernières versions sont très similaires, pourtant, l’une a été mélangée à du plastique et pas l’autre, seuls 5 caractères diffèrent et pourtant, l’ingrédient n’est pas du tout le même…

A cause de ce type d’erreurs, certains produits conventionnels toxiques et polluants vont avoir une bonne note et seront affichés comme sans danger, alors que des produits bio et bien composés peuvent être pénalisés si la retranscription est incorrecte.

Retranscription composition cosmétique

Photo de Justin Govender sur Reshot

L’obsolescence des compositions

Les compositions des produits cosmétiques évoluent très fréquemment et un produit enregistré dans la base de données d’une application peut très vite devenir obsolètes. Pourtant, peu d’applications proposent une vraie mise à jour des compositions – une notification aléatoire pour mettre à jour la composition tous les 1000 “scans d’un produit” pourrait être un bon début !

Une marque peut par exemple changer sa composition et devenir éligible à la certification bio, mais son code barre reste inchangé et le produit restera mal noté…

Obsolescence

Photo de Charlie Deets sur Unsplash

Informations incorrectes liées à certains types d’ingrédients

Certaines applications ne sont pas créées par des spécialistes des compositions cosmétiques et peuvent faire des erreurs de jugement ou d’explication, en disant qu’un ingrédient est nocif alors qu’il ne l’est pas, et vice versa. Certains ingrédients sont par exemple dangereux s’ils sont ingérés, mais son inoffensifs sur la peau, et seront notés “à risque” dans une crème pour le corps…

De plus, les ingrédients “allergisants” sont parfois pénalisés, alors qu’ils ne sont pas dangereux pour la majorité des gens (ils ne sont dangereux que pour les gens allergiques…).

Enfin, les labellisations bio sont rarement prises en compte dans les notations, ce qui est dommage car ce sont de bon repères et des informations fiables.

Danger

Photo de Raúl Nájera sur Unsplash

Des notations subjectives en fonction des applications

Quelques semaines après la publication de l’article de Cosmébio, la petite Gaby, une YouTubeuse green que vous devez surement connaitre, a fait une intéressante vidéo sur le sujet. Une vidéo très approfondie où elle donne son avis sur les différentes applications mais où elle rappelle également les limites de celles-ci. 

Du coup, je ne vais pas vous analyser chaque application une par une, mais je souhaite rappeler que les systèmes de notation varient beaucoup d’une application à l’autre, et que tout ça est assez subjectif.

De plus, les personnes développant ce type d’application ne vont pas toujours au bout de leur recherches, notamment en ce qui concerne la dangerosité de certains ingrédients, et peuvent nous donner de fausses informations.

Enfin, les notions d’écologie et de santé ne sont pas toujours les mêmes et ne sont pas mesurées ou notées de la même manière. Un produit ne contenant pas d’ingrédient dangereux pour la santé mais avec des ingrédients polluants ou un procédé de fabrication polluant peut avoir une très bonne note sur une application, et pas sur une autre…

Différentes notations selon les applications

Photo de Rawpixel sur Pexels

Ma préférence : INCI Beauty

Comme vous le savez, mon application préférée pour le moment reste INCI Beauty. J’en ai testé plusieurs et je dois avouer que c’est celle que je trouve la plus simple, la plus claire et la plus explicite, avec des résultats que je trouve plutôt corrects en termes d’analyse des composants. De plus, ils mettent régulièrement les compositions des produits à jour en demandant aux utilisateurs de reprendre des photos pour voir si la composition a évolué, ce que je trouve très bien !

En revanche pour moi, il ne faut pas tenir compte de la “note” qui est rarement juste. Certains produits conventionnels vont avoir une meilleure note que des produits bio, ce qui n’a aucun sens… Toutefois, je trouve que c’est un bon outil pour identifier les ingrédients “controversés/à risque”, les ingrédients “pas terribles”, les ingrédients “satisfaisant” et “bons”.

Certe ces dénominations sont tout à fait subjectives mais nous permettent quand même d’identifier facilement les ingrédients vraiment dangereux des autres. Et puis avec chaque nom d’ingrédient, on a une petite explication/définition de ce que c’est, du type d’ingrédient, de son usage et de ses risques.

Bien entendu, cela reste une application pour le grand public donc elle est quand même assez vulgarisée, mais cela permet de voir rapidement si un produit est plutôt “clean” ou pas.

J’aime aussi beaucoup l’application CompoScan, qui est très simple d’utilisation, mais qui est encore assez jeune et limitée en termes de fonctionnalités, de détails sur les compositions, et de produits dans la base de donnée. J’utilise cette dernière principalement en complément de INCI Beauty.

Applications d'analyse de composition cosmétique

Photo de Paul Hanaoka sur Unsplash

A moins d’être chimiste, on ne peut pas connaitre et reconnaitre tous les ingrédients dangereux des formulations cosmétiques et ces applications sont un bon coup de pouce. 

Donc pour moi, on peut continuer à utiliser cette application en gardant en tête que le risque d’erreur dans la liste des ingrédients est bien présent que qu’une partie des produits scannés peuvent être incorrects. Pour plus de sécurité, vous pouvez toujours comparer la liste des ingrédients de l’application directement avec celle affichée sur le packaging de votre produit.

Enfin, ne vous fiez absolument pas à la note globale mais regardez en détails la liste des ingrédients et jugez par vous même de leur dangerosité. Cela vous aidera également à retenir les noms d’ingrédients controversés les plus communs et de les identifier rapidement quand vous lirez les compositions de vos produits, ou même en magasin avant d’acheter un nouveau shampoing ou gel douche !

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de