La norme ISO 16128, une tromperie pour les consommateurs ?

Apparue en 2017, elle a fait sensation début 2018 autour d’une polémique solide. Pourquoi ?

Une norme est-elle toujours un gage de confiance ?

La norme ISO 16128 n’est ni un label, ni un cahier des charges, ni une loi. C’est en réalité un texte visant à harmoniser et à structurer un marché, en l’occurrence le marché de la cosmétique naturelle et bio.

Cette norme présente un fort risque de tromperie pour les consommateurs – en particulier pour ceux non avertis qui découvrent la cosmétique bio – car elle donne les clés aux marques pour apposer des allégations ambigües sur leurs packagings. Quels sont les risques et pourquoi trompe-t-elle les consommateurs ?

  • Une définition du naturel au rabais : un ingrédient est considéré comme « dérivé naturel » dès lors qu’il contient un minimum de 50% de matières premières naturelles (autant vous dire, cela ne représente pas grand chose et que de nombreux ingrédients peuvent être “coupés”).
  • L’autorisation des substances pétrochimiques, même les plus controversées : à partir du moment où le pourcentage d’ingrédients d’origine naturelle est supérieur ou égal à 95%, la marque pourra indiquer « produit naturel », même si les 5% restants sont composés d’ingrédients controversés comme le phénoxyéthanol, les parabènes, les silicones…
  • L’absence de contrôle : cette norme n’implique pas d’organisme de contrôle ou de certification. Les pourcentages calculés et affichés par les marques se baseront donc sur des déclarations de fournisseurs d’ingrédients. Aucun organisme indépendant n’ira vérifier que les affirmations sont exactes.
  • Les OGM sont autorisés pour les produits venants de l’extérieur de la France.

Il faut donc faire très attention à cette norme, qui n’est pas un label et qui va juste permettre à plus d’entreprises de faire du greenwashing. La tromperie sera parfaite, avec la notoriété de l’ISO comme caution. Car pour un consommateur non averti, un pourcentage élevé de naturalité ou d’origine biologique est forcément gage de qualité.

Soyez donc très vigilants, et repérez les labels que je vous présente dans mon article dédié aux labels et certifications bio